Pages Navigation Menu

Tout ce que vous devez savoir sur le soleil

Le rayonnement solaire est composé d’ultraviolet (UV) également appelé lumière noire parce qu’il n’est pas visible à l’œil nu. C’est un rayonnement électromagnétique.

Les ultraviolets sont la cause du bronzage mais, à haute dose, sont nocifs pour la santé humaine.  Ils peuvent provoquer des cancers cutanés tel que le mélanome, provoquer un vieillissement prématuré de la peau (rides), des brûlures (coup de soleil), des cataractes…

On distingue trois types de rayonnements UV. Ils sont classés en fonction de leur activité biologique et de leur pouvoir de pénétration de la peau. Ils correspondent à trois plages de longueurs d’onde.

Plus le rayonnement UV a une longueur d’onde longue, moins il est nocif (il se rapproche de la lumière visible) mais plus il a un pouvoir de pénétration cutanée important. Quand sa longueur d’onde diminue, il possède plus d’énergie, se rapproche des rayons X et donc est plus destructeur.

LES UV-A :

Les UV-A, dont la longueur d’onde est relativement longue, représentent près de 95 % du rayonnement UV qui atteint la surface de la Terre. Ils peuvent pénétrer dans les couches profondes de la peau, jusqu’au derme.

Ils sont responsables de l’effet de bronzage immédiat. Mais ils favorisent également le vieillissement de la peau et l’apparition de rides, en perturbant l’équilibre des synthèses de protéines (en particulier la dégradation du collagène et augmentent la destruction de l’élastine ).

Dans les cellules ils sont à l’origine de la production de radicaux libres, très dommageables pour celles-ci. Ils peuvent provoquer des allergies solaires et sont à l’origine du photovieillissement cutané.

Les UV-B :

Les UV-B, de longueur d’onde moyenne, ont une activité biologique importante, mais ne pénètrent pas au-delà des couches superficielles de la peau, ils sont relativement absorbés par la couche cornée de l’épiderme (mélanine). Une partie des UV-B solaires sont filtrés par l’atmosphère.

Ils sont responsables du bronzage et des brûlures à retardement. Ils sont capables de produire de très fortes quantités de radicaux libres oxygénés dans les cellules de la peau, responsables à court terme des coups de soleil et de l’inflammation. Outre ces effets à court terme, ils favorisent le vieillissement de la peau (en abimant les fibres de collagène) et l’apparition de cancers cutanés. Les UVB agissent essentiellement au niveau de l’épiderme. Ils sont responsables de l’activation de la mélanogenèse (bronzage, coups de soleil).

En revanche, ils peuvent être bénéfiques pour certains types de pathologies de la peau tel que le psoriasis. Ils sont également importants pour la synthèse de vitamine D. Certaines études indiquent en outre que les bénéfices des courtes expositions aux UV-B (10 minutes quelques fois par semaine) seraient plus grands que les risques.

 

Les UV-C :

Les UV-C, de courte longueur d’onde, sont les UV les plus nocifs, mais ils sont complètement filtrés par la couche d’ozone de l’atmosphère et n’atteignent donc pas théoriquement la surface de la Terre.

 

Retour au sommaire : Sous le soleil exactement